Nous n’avons fait que fuir – Bertrand Cantat


Tu as perdu ta langue ..?

Nous+navons+fait+que+fuir+suntzu_1091558810_pochette_can

Texte d’une rare liberté expressive, musique expérimentale psychadélique, voix de B. Cantat dans une interprétation quasi théatrale…(parfois sur le mode de l’impro), comme un long poème, très long puisqu’il se compose d’une vingtaine de feuillets, « Nous n’avons fait que fuir » répond à une simple invitation, un soir d’été 2002, de France Culture pour un concert Unique ! Invitation et carte blanche pour Noirdez …

Dans l’esprit de l’opus « Europe » (avec B. Fontaine), la noirceur des textes éclate tel un crachat jeté en pleine figure d’un monde devenu tragique par ces étouffements sauvages tous azimut: un monde étouffé par le superficiel, le conformisme, l’apparence (si trompeuse). Alors ? …  « As tu perdu ta langue ? »  ,  » j’ai connu des rideaux de pluie à draper des cités souveraines et ultimes. Des cerceaux déchirés couronnant les chapelles de la désespérance »  , … Osez dire, osez dire non, osez !

Des cris de rage… « Tiens toi à la barre, l’horizon c’est des conneries inventées par les utopistes… » mais aussi de beaux souvenirs, des tendresses, de la nostalgie: « O le milliard de pétales de roses blanches disposés délicats, sous nos petits pas monstres… »

Des morsures de poussière, des élans de révolte, des rêves enfouis, des sarcasmes véhéments, des fracas assaillants. Noir Désir joue sur tous les fronts des émotions par ce texte doué d’une grande expressivité que sa voix vient renforcer, alternant colère et suavité. Un concert d’exception à qui veut l’entendre. On a l’art de l’abîme… Un texte irrascible nous invitant à nous interroger avec une grande lucidité autant sur les turpitudes humaines que sur des instants de vie plus doux que sont nos rêves et notre mémoire collective.

Une farce du monde devant laquelle chacun peut y puiser des ressources grâce aux souvenirs tendres s’immiscant derrière un cri de rage.

« Nous n’avons fait que fuir, Nous cogner dans les angles, Et sur la longue route, Des chiens resplendissants, Deviennent nos alliés ».

Keskia tu dis rien? Tu as perdu ta langue ? Apôtre de la modernité …

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s