La chronique sur B. Cantat: le grand Incendit !


De Bertrand Cantat …à Détroit !

Le grand incendie

cantat290612a

Après tumultes et silence, le retour de B. Cantat déchaîne les chroniques. Les médias s’en donnent à coeur joie, annonçant pour lundi prochain la sortie du single « Droit dans le soleil« , titre coécrit au Liban avec Wajdi Mouawad, sous le pseudo « Détroit« , téléchargeable sur les plateformes le 30 septembre. Un premier opus puisé de l’album solo « Horizons » dont la sortie est prévue pour fin novembre. Partout je lis la suspicion, le déchaînement et le regard enragé de ses détracteurs s’opposant à l’attente inconditionnelle de ses … »encore » fans. Les médias sociaux, les chroniques des journaux, les forums, …forment une boule compacte qui s’apparente à celle que l’on a dans la gorge lorsqu’on est stressé, voire en attente d’un verdict potentiellement préjudiciable. Le jugement est là, toujours bien présent.

Alors comment réagir ? Pour ma part, fan de Noir Désir depuis longtemps, j’ai décidé de laisser la morale de l’homme à ses persécuteurs, sans la nier, et de rester dans l’optique de la Musique et du talent incontestable de cet artiste que j’écoute avec toujours autant de plaisir (veuillez m’en excuser !). C’est l’auteur-compositeur-interprète qui m’importe. Et je l’assume. La morale renie. Elle n’oublie pas, certes. Mais au risque de se faire l’avocat du diable je suis dans ce cheminement qui consiste à départager l’homme de ses capacités et son talent. « je n’ai pas peur de la route, faudra voir, faut qu’on écoute… pendant que la marée monte et que chacun refait ses comptes, j’enmène au creux de mon ombre des poussières de toi ». Le vent l’emportera.

L’homme ne sera plus jamais tout à fait le même. Métempsychose

La morale doit-elle avoir raison de tout ? Je me pose la question …

Suite lundi 30 septembre 2013 …

Pas un geste, une esquisse
Sinon on tourne la vis
Nous on n’a rien à gagner
Mais on ne peut plus perdre puisque c’est déjà fait

(Gagnants- perdants) 2008

Publicités

6 réflexions au sujet de « La chronique sur B. Cantat: le grand Incendit ! »

  1. je suis tout a fait d’accord de ne pas melanger vie privee et vie artistique ; je me souviens de l’ecrivain françois-ferdinand celine , que notre prof de français hesitait a nous faire lire parce qu’il avait ete collabo alors que son livre  » voyage au bout de la nuit  » est un chef d’oeuvre !!!
    mais , ne pas melanger la vie privee et la vie tout court est un excercise tres , tres difficile ; la vie de tous les jours nous le fait toucher du doigt !!
    le plus simple est de faire selon son propre souhait

  2. Ninie la Bulle,
    Vous aimez B.Canta, vous en êtes fan.C’est semble t’il un bel évènement pour vous , cela vous fait plaisir , il vous fait plaisir.J’espère que ses nouvelles chansons et musique sera à la hauteur de vos attentes.De mon coté , je ne connais pas ou très peu ce chanteur , et son ancien groupe , je ne pourrais donc pas avoir d’avis pour mesurer la qualité de ses textes et/ou musique.J’ajouterais aussi que je n’en n’ai pas la compétence, ni ne détiens de vérité quant à l’émotion qu’il peut suggérer . Ce qui m’amène à vous poser qqls questions … Pourquoi t’en parler de ses détracteurs ? N’est pas plus tôt contre productif pour partager votre gout pour cet artiste ?Pourquoi ne pas seulement vanter les mérites artistiques de cet homme comme vous l’avez fait un peu plus bas dans votre texte ? Ses détracteurs comptent ils tellement à vos yeux pour que vous vous sentiez obligé d’apporter quelques justificatifs pour vous démarquer de la « morale » hexagonale? Vous évoquez une morale …Faites vous un rappel au fait divers passé concernant M.Canta et qui lui appartient ou à l’idée que vous aimiez ce chanteur soit immorale ?…. Vous écrivez : » Partout je lis la suspicion, le déchaînement … »encore » fans. » Hormis l’écriture un peu violente , je trouves que ce que vous rapportez un peu excessif ..Ses détracteurs sont’ils à ce point haineux ? Y a t’il vraiment un front contre les fans de B.Canta ? Et pourquoi « encore » fan ?que dois je comprendre ? Est ce « encore » dans le sens où s’il à toujours des fans et bien cela tient du miracle au regard des évènements qu’il à vécu ou « encore » dans le sens fans historique. Ses détracteurs sont’ils à ce point opposants à ses fans?/// Aussi j’irais plus loin sur votre analyse quant à l’ attitude des médias et autres .. Car si nous ajoutons des opposants majeurs , plus des médias virulents tel que vous le décrivez alors cette fameuse  » boule compacte » pourrait bien être les prémisses d’un esprit fascisant, ou si ce mot est trop fort témoigne d’un esprit malveillant . Fort regrettable!. //////////// Concernant la deuxième partie , je suis d’accord avec vous et votre lectrice. Une partie des Artistes ( Ecrivains , cinéastre, peintres,…) , ont eus ou ont un parcours chaotique , voire contre versé au regard de la morale établie dans notre société.Chaque personne se redéfini donc sa morale humainement admissible, sans quoi la (sa) liberté serait écrouée.Vous n’êtes pas concernée par le passé de M.Canta et responsable de ses actes moraux ou immoraux. Votre action est morale et en cela ne vous faites pas l’avocat du Diable’ mais plus simplement l’avocat de la Culture.

    Prenez beaucoup de plaisir,amusez vous , dansez et chanter les textes de B.Canta à tue tête .Se pourrait être une belle action pour véhiculer ses oeuvres et faire un pieds de nez à ces fameux détracteur ! Hihi.

    Merci , pour cet article et de donner à réflexion des sujets passionnants.
    Bien amicalement , un peu long , se fût une réflexion , rien de garantie sur la vision , juste un angle de vue .

    • Merci Serpico pour ce point de vue. Dès lors que la morale est en jeu, les débats sont verbeux. Pour répondre à vos questions, je ne me suis pas sentie obligée de me justifier quant à ma position pro-Cantat, et là il faut entendre pro-musique Cantat, mais je soulevais simplement le problème de la polémique de l’artiste qui semble, à l’approche de la sortie de son album, réanimer ses « détracteurs » d’un violent gisement de haine: pointer du doigt la morale, là se situe le noeud de ce déchaînement médiatique. Et comme je l’ai dis, j’assume entièrement le plaisir que j’ai d’écouter cet artiste sans me sentir dans l’obligation de me justifier. Les émotions sont là et c’est le principal pour moi comme toute musique qui vous transporte. Elisabeth et Martine le disent très bien: d’autres artistes ayant une morale plus que douteuse en tant qu’homme ont cependant, d’un point de vue artistique, réaliser de belles choses. Aussi je préfère dissocier la morale quant à son passé (et pour lequel un jugement a été rendu) de celui de la création artistique. Ce billet a aussi été écrit pour mettre en avant certaines notions qui me tiennent à coeur: morale, pardon, valeur artistique, liberté d’expression, autant de notions qui animent copieusement les débats, divisent ou rapprochent, et qui amènent à des réflexions plus générales: l’homme se définit-il que par sa morale, son parcours, son passé ? Peut-on l’enfermer ou lui mettre une étiquette à jamais indélébile ..? Telles sont mes questions …
      Alors je préfère dire: « je n’ai pas peur de la route, faudra voir, faut qu’on écoute… »
      ou … »L’urgence du verbe qui se décline en musique » pour reprendre une phrase d’un joli poème, extrait de Lacs et entrelacs, O.d’Harnois.

  3. Je ne connais pas Noir Désir et à dire vrai, je suis un peu perplexe… En tout cas, certainement contre le déchaînement de la haine et le refus du pardon, comme celui de la mère de Marie Trtintignant…
    Après, dissocier l’artiste et son œuvre… un exercice trop difficile, comme le dit si bien Martine.
    Jamais pu supporter Charles Trenet, pédophile notoire mais le problème ne se pose pas, je n’aime pas ses chansons… Et si Hitler était un véritable peintre de talent ? Là, je me fais aussi l’avocat du diable…
    Tu assumes, Ninie, c’est l’essentiel, donc à chacun son choix, fut il conscient…
    PS. J’ai du mal à « condamner » Bertrand Cantat, dans ses yeux, je vois surtout un énorme désespoir

  4. Cantat, comme tout le monde, porte son passé tel sisyphe, comme une charge, éternelle. Avec la honte des mauvaises actions mais aussi le réconfort des belles choses réalisées. Tous cela est public, il est haï et aimé pour cela.
    Je comprends la haine d’une mère qui pleure la perte de son enfant, la haine de toutes les femmes victime de la violence de leur compagnon. Leur incompréhension et l’indecence à voir vivre normalement un homme qui à donné la mort. Personne ne l’oublie. Et je ne pense pas que l’artiste Bertrant Cantat l’oubliera un jour.

    Je souhaite que malgres tous cela, il saura nous réjouir avec cet album à paraître. Qu’il aura encore une fois le pouvoir d’écrire , de décrire, de crier nos colères, l’imbécilité du monde, avec le même talent et la même « pêche » qu’avant.

    en route pour la joie…..nous les écorchés vifs….I’m Lost….

    • J’étais étonnée que lulu ne se soit pas encore manifesté sur ce sujet ! C’est chose faite !
      Comme dit dans ma page d’accueil « Il y a parfois des dérapages et des lignes d’orages; Mais il y a aussi l’eau, le feu, Vivaldi (oui, Vivaldi, vous avez bien lu !) et la Terre … Merci à toi lulu 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s