Pauline Ohrel : de rouille et de fer


A l’origine de ses oeuvres :

pauline-Ohrel_un lieu: une décharge public sur l’ile de Bréhat où se trouve sa maison de famille.

un matériau: un amas de fil de fer grillagé, érodé, oxydé par les aléas du climat.

un talent: le sien, celui de sculpteur (à l’origine avec de la terre ou du bronze).

Et comme résultat, des sculptures hors du temps, aériennes et entrelacées. De la dureté du Fer émane la grâce, la légèreté et la fragilité. Bel exemple que ses sculptures conçues avec de simples fils de fer issus de la jaille et devenant, par un travail de mains et d’émotions, des êtres animés par tant de plasticité !

Pauline Ohrel et ses sculptures de grillage. Une sensibilité en suspension dans les contrastes: vide-plein, noirceur- vie, force-fragilité, … Cette ancienne avocate de droit social, reconvertie dans son Art, expose dans de nombreuses galeries en France et à l’étranger. Une force majeure.

pauline Ohrel

pauline-ohrel

Publicités

3 réflexions au sujet de « Pauline Ohrel : de rouille et de fer »

  1. Je découvre qu’il existe une décharge sur l’Ile de Bréhat !
    Merci l’artiste pour votre belle contribution éco-responsable qui participe donc doublement à la beauté du monde.

    02 Chouleur, brodeuse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s