Arthur H, le chercheur d’or


J’ai cru entendre mon vieux jacquot…

Le casque sur les oreilles, j’écoute, découvre, redécouvre, réécoute. De Daft Punk à Arthur H, je saisis l’instant de ces sons particuliers, colorés d’univers si différents mais qui amoureusement me caressent les tympans sensibles à divers tempéraments chromatiques (pas sûr que ce concept existe …); après quelques hésitations je suis surprise: je m’arrête sur les sonorités jazzy d’Arthur H. Et là, je crois entendre mon vieux jacquot, …est-ce bien Arthur ? Il semble que oui, avec Cool Jazz. Je ferme les yeux, j’écoute, j’hésite encore…

J’attrappe au vol une chanson qui me touche et ingurgite chaque mot comme on absorbe le choc de l’avalanche: le chercheur d’or, …et qui me change aussi d’un titre que j’ai tant écouté la chanson de Satie.

Arthur ou Jacques ..?

Publicités

Rhythm’ and blues


Du rhythme, du blues, du groove, de la soul …un peu de bonheur perdu retrouvé. De la musique empreinte d’une certaine nostalgie mais qui à ce pouvoir extraordinaire, selon moi, de raviver les coeurs par la beauté de sa force expressive.

Entre Salomon Burke, Liz Mc Comb, Bill Whithers, Muddy Waters ou Aretha Franklin, dont j’écoute régulièrement les albums, l’énergie solaire de ce style musical ne peut que vous traverser, tel un secret d’alcôve transportant l’auditeur dans un royaume de quiétude. De vieux titres de Steve Winwood me régalent aussi lorsque viennent le soir ou la tranquilité d’une fin de journée et je me dis alors que la musique n’a pas son pareil pour vous immerger loin, très loin, laissant vos pensées ou préoccupations au placard des oublis, le temps de quelques titres qui vous chatouillent les oreilles. Depuis le début de mes posts je parle, côté musical, plutôt de musique douce, calme, du rock avec des textes parfois engagés, de la pop, de l’alternatif, mais l’électro et le trip hop  seront prochainement à l’honneur car, qu’on se le dise, ma playlist mixe tous les genres jusqu’à intégrer quelques opus classiques.

Pour l’heure, un peu de calme, d’essence de bien être, la note bleue résonne !

Camille en concert, un Must-Listen !


Pourquoi n’ai-je pas encore parlé de ce moment merveilleux passé en septembre dernier au grand Auditorium de la Cité des Congrès à Nantes ?

Vous savez, le concert de Camille !

concert du 30 septembre 2012

camille-iloveyou

C’est, comment dire …? Et bien juste un voyage magique, une envolée dans un univers minimaliste, aux influences de pop, jazz, et de l’inclassifiable, une musique hors du temps, un style décalé, captivant. Camille, ou la femme sensible et extravagante par ses performances « illuminées » !

Elle entre sur scène avec ce sourire, cette gentillesse communicante, cet humour qui la caractérise tout au long du concert, belle aux pieds nus, naturellement légère et gracile. Rebelle, fragile, douce et brillante, Camille ne peut que nous emmener avec elle. Elle joue avec son public, demande des volontaires pour chanter en choeur sur scène avec elle et, en deux temps trois mouvements, le public se retrouve dans un ailleurs, une fièvre magique, une communion qui se fait dans un naturel et une spontanéité étonnante (Dog, Cat). Tournoyant, jouant avec sa voix qui semble être l’instrument d’avant-garde, faisant fi des codes de la scène, l’artiste affiche une performance exemplaire. Couronnant le tout, la scènographie dans son style épure, réduit à une ampoule des plus basiques, suspendue à son fil, devient l’élément essentiel de la mise en scène: Camille la fait tournoyer, joueuse et joyeuse comme une enfant, faisant de la scène une arène illuminée par un balancement de clair-obscur. Des ombres s’agitent, dansent deci-delà, reflétant les silhouettes sur le rideau du fond de la scène. La lumière vascillante devient sa partenaire, jonglant entre l’artiste et ses musiciens. Loufoque, déjantée, saltimbanque, brillante et charismatique, Camille c’est tout ça à la fois. J’en ressort étourdie, le sourire aux lèvres et me pose la question: comment fait-on pour avoir de telles idées créatives, si simples mais si éblouissantes ? Sa voix ? Capable de tout, accompagnée de ses mains, de ses pieds et de tout ce qui fait du son. Bluffant tout simplement ! Et là je me dis qu’il y a de belles choses à vivre dans la vie !

 Le Fil ….vous savez cet album où chaque titre commence par ce même son … plus qu’étonnant, c’est brillant, non ?

L’album Ilo Veyou du concert a côtoyé les titres de ses autres opus Le Fil et Music Hole, tels « Pâle septembre », « Cats and Dogs » (sur lequel à participé le public), « Ta Douleur », etc

Allez Allez AllezLa France ! Un concert émouvant d’une artiste accomplie: plus qu’un concert c’est une fête et celui qui s’y hasarde y retourne !

camille en concert copie

Isabel Sörling


En première partie du concert d’Ibrahim Maalouf (29 Avril à Niort pour les autochtones…), repérée d’ailleurs par ce dernier en 2010, Isabel Sörling offre une voix et une forte personnalité dans l’univers du jazz.

Je vous laisse découvrir ce duo piano-voix suédois !

Blackbird, Isabel Sörling

Ibrahim maalouf, diagnostic: une perle rare !


ibrahim maalouf

Il est des moments où j’aime écouter des morceaux qui me prennent aux tripes. Difficile d’expliquer pourquoi un titre à un tel impact sur moi, mais rien ne sert de l’expliquer, le vivre me suffit: Beirut de Ibrahim Maalouf est de ceux là ! Compositeur de talent, trompéttiste, né d’un père lui même trompettiste et d’une mère pianiste ( on comprends meiux, hein ?!), récompensé de nombreuses fois, ce jazz man à l’instrument d’or est une perle !

Et pourtant, non initiée au son de la trompette, la première fois que j’ai entendu ce morceau il est passé sans grand plaisir …une deuxième écoute à cependant surpris mes sens, puis une troisième …un titre divin, planant pendant plusieurs minutes avant de s’élever en toute puissance à la 7 ou 8 eme minute (je ne sais plus exactement). Ecouté en huit clos dans ma voiture, avec chaque note résonnant dans l’habitacle, Beirut, inscrit dans l’album Diagnostic, est un de mes opus fétiches qui sait me transporter à chaque fois !

Sophie Hunger


Ecoutade du moment: Sophie Hunger !

Une belle découverte il y a seulement quelques mois, une des plus belles de ces derniers mois !

Sophie Hunger

C’est aussi une reprise de Noir Dez, l’histoire de deux inséparables …Un jour se laissant porter par le vent !

Le vent l’emportera

sophie Hunger & B. Cantat

ou, avec Rise and fall, du piano, des notes qui s’envolent et montent entre deux samples plus mélancoliques …

 Bref, c’est l’histoire d’une suissesse au triple talents d’auteur-compositeur-interprète, aux influences jazz, folk : une forte personnalité révélée dans son album « Monday’s Ghost » ou, dans le petit dernier de 2012 « The Danger of light« .