L’alchimie St Lo : blues-rock, électro, hip hop …


Room 415

st lo

Ne cherchez pas. C’est le titre de l’album. Une fusion assez magique d’électro, blues, soul, rock et hip-hop. Donc un langage musical inclassable, un style singulier duquel se dégage une belle profondeur, du groove et même une pointe de mélancolie parfois. Ah oui, j’oubliais leur nom: St Lo

L’autre particularité du groupe tient à sa conception artisanale. En vogue, le crowdfunding à sa place pour tous projets. Celui de St Lo également. Du collaboratif heureux (sérendipité) à l’heure d’un mode de vie individualiste (?). Une aventure artistique née de fonds collectés du public, et ça, ça mérite mes applaudissements ! Merci à Kisskissbankbank.

Depuis 1 an ils remplissent les salles, et celle du Stéréolux de Nantes affichait aussi « complet ».

Alors qui se cachent derrière St Lo ?

« St. Lô est un projet sans frontières, ni spatiales, ni temporelles, ni stylistiques. Les trois musiciens programmateurs bretons modèlent un son sombre, profond, et d’une incommensurable finesse, qui a autant à voir avec le jazz de Nina Simone qu’avec l’abstract hip hop de Buck 65 ou l’électro post-rock d’Ez3kiel. Un écrin complexe mais confortable pour la voix de l’incroyablement charismatique Hanifah Walidah, que l’on connaissait sous le nom de Sha-Key lorsqu’elle officiait au sein des mythiques Brooklyn Funk Essentials. Légendaire. » Arte Live Web – décembre 2012.

Et bien oui, un mixte improbable: des musicos lorientais associés à la performeuse et chanteuse newyorkaise, Mezz Walidah. Plutôt pas mal, non ?!

« Démarrer la journée avec le trio franco-américain St.Lô, c’est comme s’envoyer une dose d’EPO avant l’ascension de l’Alpe-d’Huez. On pète le feu »  Télérama Sortir (Rock en Seine 2013).
Tiens pour toi lulu, ce sera « Reach » extrait de Room 415, puis (2eme vidéo) « hero » pour son punch 🙂 

Daft Punk, Within ..my canvas

En passant


Séance « source inspirante atypique » pour peindre … Daft Punk avec « Within » cet opus lyrique qui ne manque pas de passer à côté avec son intro au piano. Le pinceau glisse, les camaïeux de bleu s’entrelacent sur la toile.

bleu - ninie la bulle

Et c’est sans compter sur le tout fraichement sorti « Gust of Wind » de Pharrell Williams, en seconde collaboration avec les Daft Punk (après Get Lucky :-)) que je m’interroge sur le résultat de mon travail, les arrangements groovy me portant à avoir un regard plus indulgent et surtout moins sévère sur ma réalisation.

Comme quoi musique et peinture font toujours bon ménage 🙂

Cocorosie

En passant


Les Inrockuptibles les nommaient « les  cousines de Björk » …

Les deux soeurs formant Cocorosie donnent à écouter une musique teintée de diverses influences, indie-Pop rock, alternatif ou Trip Hop… Les rytmes et les sons se mélangent mais ne se ressemblent pas, et d’un titre à un autre, on vague ou divague sur des styles aussi variés que les univers créés dans nos rêves. Peu importe, moi j’aime certains de leurs titres un peu déjantés 🙂 Du chant lyrique au beatbox, en passant par l’électro, les percussions ou la folk,…rien ne les arrête. Et petit coup de coeur pour la harpe laissant échapper ce son si douceureux.

Passez du titre R.I.P. Burn face à celui de Poison : un délice aux mille saveurs, inclus dans le dernier album « Tale Of A Grass Widow«  (mai 2013).

Tout les titres ici, en concert:

Waiting

En passant


Waiting. I’m a Walker.

Eveillée je toise la toile comme on admire un crépuscule; attendre la lumière changeante et entrevoir le point crucial d’une lune descendante. Waiting. Debout sur ma pente, j’observe, j’entrevois, j’écoute, je saisis, j’apprécie l’instant. La musique, celle d’une déformation élastique du fluide parvenant à mes tympans, résonnant comme une onde centrifuge et maléable, m’imposant de voir, de sentir et ressentir. La technologie internet à l’oeuvre sans laquelle faire de nouvelles découvertes serait un chantier de dure labeur. I’m a Walker. Walking. J’empreinte la grande route, je me perds dans les ruelles des bas fonds puis retrouve l’axe central. Highway. Meaning. Le jour se lève à peine sur les notes. Your Shadow. I disappear. Et dans cet ombre je me souviens de cet air qui fait battre l’instint primitif d’un bout de vie. Memories. Relancer la machine, l’écran qui divulgue ces infos et que je saisis au vol. Le corps qui parle et joue le son grave et pur comme un didgeridoo fait vibrer tous nos membres avec force et envoutement. Résonnent, chantent les notes. Accrochée à la balise d’un accord, je sens les vibrations se saisirent de l’émotion. Pression acoustique. The End.

ninie la bulle

Le RdV est pris. Cascadeur à l’espace LU, Nantes, 20 décembre 2013.

Sonnent les notes – poème

En passant


  Sonnent les notes

Du silence jaillit le cri,

Eparse, hurlant, lancinant,

Et repassant comme un faux-pli,

Mutisme résonne comme une fausse note.

Sonnent les notes et le gimmick,

Coeur battant la volupté du temps,

Captant le La et jouant l’anesthésie,

Courte pause déjouant les brusqueries.

                           ninie la bulle

Sans musique la vie serait une erreur…

expo Eclipse2

Musique et moi vs Musique émoi


Musique émoi

J’en reviens toujours à la musique. Elle m’habite. Je l’écoute sans cesse. Chez moi, en voiture, ou même en déplacement, avec un casque. Elle temporise, énergise, calme ou rend nostalgique. Elle est le centre de mes émois. Alors une question se pose: comment ces ondes sonores nous taquinant les tympans parviennent-elles à agir sur nous ? Quels sont les éléments sous-jacents qui interviennent pour interagir avec nos émotions ?

Drôle de question, n’est-ce-pas ..?! Pourtant, je me la pose la souvent….

On nous dit d’écouter de la musique pêchu lorsque nos états d’âmes virent au gris…histoire que les couleurs vives refassent surface (un remède de grand-mère ?). Mais qui à ce plaisir d’écouter les riffs de guitare d’un bon vieux rock vivant ou le dernier titre électro alors que son cerveau lui dicte d’écouter le morceau bien planant, un beau spleen nous transportant dans les fonds de l’abîme ..? car c’est de cela qu’à besoin notre cerveau: se sentir en adéquation avec nos états d’âmes !

Je suis rieuse, follement vivante alors j’écoute des sons qui m’entrainent encore plus dans ma douce folie, je danse, je chante et je vis une furieuse envie de mordre la vie à pleine dents; je tombe dans la mélancolie et il me faut le réconfort d’un air musical lent, sombre, mais beau (et le beau-subjectif- du texte sera un facteur agravant) qui accompagnera cet état de « tristesse ». Plus que jamais, on en ressent toute sa beauté, plus que jamais on s’enfonce dans la cave, dans sa bulle,  mais on se sent également envahit par la plénitude du spleen. Oui, une plénitude. On en ressent toute la profondeur. C’est contradictoire non ? Peut-être est-ce surtout parceque l’on est plus à même de ressentir la musique mais aussi, et de façon intense, ses propres émotions, nous donnant alors cette force inégalable et l’envie de prolonger ce moment.

Le gris se lie avec un camaieu de gris. Le rose, le rouge avec les couleurs pop énergisantes. J’aime associer les couleurs aux émotions, lesquelles sont reliées à la musique, ses accords, sa mélodie, ses textes, des mots qui eux-même se colorent d’émotion et prennent de la profondeur à travers l’instrumentation.

J’écoute Tree of Life de Yodelice.

Pierre Lemarquis est Neurologue, neurophysiologiste et neuropharmacologue, et surtout spécialiste de la question !

La musique existe avant le langage et lui survit dans notre cerveau.
Née des émotions, elle module notre humeur, développe nos compétences, renforce les liens sociaux et peut même provoquer des orgasmes ! Amateurs ou professionnels, et quel que soit notre âge, nous possédons tous un cerveau musical qui ne demande qu’à nous aider au cours de notre existence. (Sérénade pour un cerveau musicien, P. Lemarquis).

Ce qui est certain est que la musique stimule notre cerveau, notamment par les neuromédiateurs (dopamine, sérotonine, adrénaline, …). Ce qui est déjà une bonne chose pour moi !

Tindersticks


Juste pour le plaisir en cette fin de journée: la voix feutrée si caractéristique de Stuart Staples qui vient m’adoucir les tympans malmenés par plusieurs jours d’un bon vieux rock aux riffs parfois assourdissants.

Tinderstick !

Fell the sun …

et toujours cette ballade mélancolique bellissima: Another night in …(et au casque c’est encore meilleur !)

La chronique sur B. Cantat: le grand Incendit !


De Bertrand Cantat …à Détroit !

Le grand incendie

cantat290612a

Après tumultes et silence, le retour de B. Cantat déchaîne les chroniques. Les médias s’en donnent à coeur joie, annonçant pour lundi prochain la sortie du single « Droit dans le soleil« , titre coécrit au Liban avec Wajdi Mouawad, sous le pseudo « Détroit« , téléchargeable sur les plateformes le 30 septembre. Un premier opus puisé de l’album solo « Horizons » dont la sortie est prévue pour fin novembre. Partout je lis la suspicion, le déchaînement et le regard enragé de ses détracteurs s’opposant à l’attente inconditionnelle de ses … »encore » fans. Les médias sociaux, les chroniques des journaux, les forums, …forment une boule compacte qui s’apparente à celle que l’on a dans la gorge lorsqu’on est stressé, voire en attente d’un verdict potentiellement préjudiciable. Le jugement est là, toujours bien présent.

Alors comment réagir ? Pour ma part, fan de Noir Désir depuis longtemps, j’ai décidé de laisser la morale de l’homme à ses persécuteurs, sans la nier, et de rester dans l’optique de la Musique et du talent incontestable de cet artiste que j’écoute avec toujours autant de plaisir (veuillez m’en excuser !). C’est l’auteur-compositeur-interprète qui m’importe. Et je l’assume. La morale renie. Elle n’oublie pas, certes. Mais au risque de se faire l’avocat du diable je suis dans ce cheminement qui consiste à départager l’homme de ses capacités et son talent. « je n’ai pas peur de la route, faudra voir, faut qu’on écoute… pendant que la marée monte et que chacun refait ses comptes, j’enmène au creux de mon ombre des poussières de toi ». Le vent l’emportera.

L’homme ne sera plus jamais tout à fait le même. Métempsychose

La morale doit-elle avoir raison de tout ? Je me pose la question …

Suite lundi 30 septembre 2013 …

Pas un geste, une esquisse
Sinon on tourne la vis
Nous on n’a rien à gagner
Mais on ne peut plus perdre puisque c’est déjà fait

(Gagnants- perdants) 2008

Le Blues …in your Heart


Le Blues, la soul : The Life !

Toutes les couleurs de la vie.

mes albums musique copie

« Chocolate Jesus » de Beth Hart accompagnée de J. Bonamassa, « Your Heart is as Black as Night », ou « Hoochie Coochie Man » par Mudy Waters et les Rolling Stones, …so good ! Il n’y a rien à dire, seulement à écouter avec son coeur.

Iron Maiden


album_dance_of_death

Pour bien commencer la journée…  Du heavy Metal … so good !

Journeyman (album Dance of Death), Iron Maiden

I know what I want
And I say what I want
And no one can take it away …

Tricky, nouvel album


mes albums musique copieAdrian Thaws, alias Tricky, sortira son nouvel album fin mai:

L’un des instigateurs du Trip-hop est également, souvenez vous, l’ex Massive Attack ! Influences Electro-rock, hip-hop, son pop ou parfois teinté de rap, il a cotoyé le gratin des talents de l’Alternatif (Bjork, Portishead,  …). Anticonventionnel, un brin provocateur, vouant une passion pour les voix féminines,  il revient avec l’album « False Idols » (prévu pour le 28 mai ), porté par la voix de Francesca Belmonte.

Amis bretons (Wawan, fil and co), Tricky sera à Landerneau pour la Fête du Bruit …au côté de Peter Doherty, Dub Inc, D. Saez :-), Sinead O’Connor, Asaf Avidan, etc

On en reparle début juin …

En attendant, juste ce pur plaisir et que tout le monde connait: « hell is around the corner » !

et « Hollow » que j’aime aussi pour son ambiance mystérieuse

Nouvel Album, ici !

Massive Attack 🙂

Artrock 2013

En passant


http://saint-brieuc.letelegramme.fr/local/cotes-d-armor/saint-brieuc/ville/art-rock-la-jeunesse-au-pouvoir-20-05-2013-2108007.php

Festival Artrock 2013

C’est donc en partie sous la pluie, que s’est déroulé Artrock ce we.

Quelques vidéos…

Mesparrow

http://saint-brieuc.letelegramme.fr/local/cotes-d-armor/saint-brieuc/ville/art-rock-la-jeunesse-au-pouvoir-20-05-2013-2108007.php

Skipe the use …

http://saint-brieuc.letelegramme.fr/local/cotes-d-armor/saint-brieuc/ville/art-rock-la-jeunesse-au-pouvoir-20-05-2013-2108007.php

B. Biolay

Woodkid

N’aviez vous jamais vu un danseur sur pointe ? Avec la compagnie M. Clark c’était chose faite !

m clark company

Et enfin, la démesure avec La Fura en délire !

Woodkid


mes albums musique copie   De passage à Artrock … Woodkid

En ce WE au temps plus que morose, maussade comme une folie raisonnable, je pense au festival Artrock et à mes amis qui sont sur place (sous la pluie ?) et que je devais rejoindre. Frissons de froid. Mon corps préférant largement les grandes chaleurs à la chaire de poule qui me glace autant les membres qu’elle me plombe. Mais là n’est pas le propos.

Alors ce Artrock du vendredi soir ? Quelqun pourrait-il me verser quelques lignes d’impressions ?

Quant à moi, c’est chez moi que j’écoute celui que j’aurai aimé voir hier soir: Woodkid ! Je viens d’apprendre que ce jeune Yoann Lemoine (alias Woodkid) était avant tout réalisateur de pub (et de clips !) et photographe avant de se lancer dans la musique. Comme en témoigne ce clip de Iron, son univers électro-pop-alternatif se lie à des images d’un esthétisme épure comme je les aime (contrairement au deuxième clip… bouh!  qui ne vaut à mes yeux que pour la musique).

Alors Great Escape avec son dernier album  » The Golden Age » (Mars 2013) … And Run Boy Run

Et pour Fauves à Artrock ? Quelqun les a t’il vu ? Erwan tu racontes …?

Très belle chanson « Where I Live »

Bumcello


Au violoncelle électrique ..?  Vincent Segal !

Aux percussions ..?  Cyril Atef !

Un nom ?? BUMCELLO !

Un duo hors pair, sortant des sentiers battus, mélangant au grès de leurs envies de l’électro, rap, rock, jazz, trip hop, aux influences touchant toutes les cultures (africaine, tzigane, indienne, brésilienne, orientale …). Un subtil gloubiboulga sonore harmonieux et envoutant derrière lequel se cache une véritable passion pour la musique et les cultures. De l’inédit, peut être une soif de trouver l’inextricable, mais toujours une musique qui éveille les sens et, moi, me redonne du peps ! Un voyage ailleurs, un bruissement de volupté ! Après un passage initial au conservatoire, après avoir accompagné de grands artistes, Bumcello poursuit sa route de la musique sauvagement inovante et ébouriffante. Un mixe qui parait savament dosé, une musique ouverte et créative, loin des sons artificiels. Et c’est bien simple, chaque album ou titres est un univers particulier. Du Bumcello !