Si rien ne bouge


Si rien ne bouge

Franchement, ça me manque !

Il y a des chances que rien n´bouge…

Regarde là-bas
Au bout de mon doigt
Si rien ne bouge
Le ciel devient rouge

Du ciment sous les plaines (1991)
Noir Désir

Publicités

Horizons – Détroit


Horizons   Détroit - album Horizons

Sûrement est-il inutile de faire des commentaires, la presse en regorge. Sûrement faut-il se taire (au loin le tonerre gronde…).

Deux nouveaux titres de l’album « Horizons » sont apparues sur les plateformes: Null and Void et Horizon. Détroit (B. Cantat & P. Humbert)

Lundi 18/11/2013 : sortie de l’album. Et je l’attends, en espérant y retrouver les sonorités Noir Désir, des guitares saturées faisant corps avec une voix puissante et incantatoire.

Peut être un premier concert à La cigale début juin 2014 🙂

Sa Majesté, Le creux de ta main, …

…Combien de temps déjà passé dans ce tunnel …? Parfois la porte s’ouvre
pour faire passer ton fantôme sur lui même, …parfois le tonnerre
gronde.. cherche ton horizon entre les cloisons.

Et, juste pour le plaisir, « Tostaky (Live) aux Vieilles Charrues 2001

Oublié- part 2


Merci Lulu, j’aurai dû y penser ! j’ai oublié …Qu’est-ce que j’ai bien pu faire de ce souvenir … ?

Oublié, Noir Désir (Tostaki) :

Détroit – Droit dans le soleil …

En passant


cantat et humbert- detroit

Opus de l’aube. Ou de l’aurore. Je préfère la seconde. En arrière plan, les sons bien trempés de Cantat, guitare sèche dansant avec la gravité du violoncelle; musicalité entre tristesse et blessure. Au premier plan, sa voix, ponctuée d’un souffle d’amertume, celle qui me donne encore des frissons. Un fond sonore suave, douceureux mais l’écorchure n’est pas loin, elle résonne dans son texte comme un ciel ténébreux intimiste.

Le single « Droit dans le soleil » est né ce matin, au petit jour, sur la toile. Avec son acolyte Pascal Humbert. Ecrite au Liban. Un travail en duo qui s’apprête à rejoindre l’Autre rive par un chenal peut-être difficile à traverser, pour aboutir à d’autres Horizons (album à venir, prévu pour le 18 novembre). Détroit. Prémices d’un entre-deux.

Texte de l’intime, tel un détroit entre l’ombre et le soleil. Evocation d’éléments neutres de notre univers; terre, soleil, ciel, air, acier, âme, lumière, ombre, poussière, … en filigrane la force évocatrice de leur sens. Celle d’une histoire.  « Tous les jours on retourne la scène, juste fauve au milieu de l’arène, on ne renonce pas, on essaie de regarder droit dans le soleil… à la croisée des âmes sans soleil, on t’avais dit que tout se paie, regarde bien droit dans le soleil, tout se dissoud dans la lumière … »Tourne la terre… »

J’attendais ce titre. Avec peut-être le sentiment qu’une déception pouvait m’attendre. Droit dans le soleil est tout le contraire. Sonne la noirceur de certains titres…Noir Désir. Métempsychose. J’y serai. Au RV de l’album et d’un concert, je l’espère.

666.667 club – Song for JLP


Ghost Track sur 666.667 Club : Song for JLP

Une piste cachée sur l’album 666.667 de Noir Désir, un ghost- track interprété par Cantat en solo.  J’apprends l’origine ce ce titre: un hommage à Jeffrey Lee Pierce, chanteur du groupe californien The Gun Club, disparu lors de l’enregistrement de l’album en 1996. A écouter ou réécouter …de bons souvenirs pour moi 🙂  Je ne m’acharne pas, je me souviens…

Acoustique …

The Gun Club

Noir Désir


Les Ecorchés

Rendre l’âme ? non !

Pour les écorchés
Serre-moi encore
Étouffe-moi si tu peux
Toi qui sais où
Après une subtile esquisse
On a enfoncé les vis…

Un peu de rock sombre comme je l’aime, du ténébreux, certes, mais qui s’éclaircit au fond de notre âme. Cantat, que j’écoute depuis des années avec toujours autant de plaisir, un Noir Dez transcendant, mystique et mythique, n’a eu de cesse de nous enmener avec lui dans sa révolte, ses états d’âme, ses pensées tumultueuses. Les Ecorchés…un bon rock, un texte inspiré, un vrai de vrai, tout comme Bouquet de nerfs et En route pour la Joie ! (sur cette même vidéo).

Rennes- D. Saez … Miami bis


Saez, concert à Rennes, Avril 2013

Quinze jours se sont écoulés depuis le concert de Saez à Nantes dont je garde un très beau souvenir. Hier soir, Saez, le retour, à Rennes au Liberté

Impression d’assister à un concert nouveau pour plusieurs raisons: un autre moment de ma vie, dans un autre état d’esprit, un contexte différent mais surtout une ambiance beaucoup plus chaleureuse et conviviale qu’au Zénith de Nantes ! Un seul bémol, et pas des moindres pour un concert…le son…en effet, une acoustique plus que mauvaise et une scénographie qui ne m’a pas enchanté avec un jeu de lumières très prononcé pendant l’interprétation de quelques titres plus rock (mais ça n’engage que moi !). « Ma petite couturière » fut un grand moment, certainement parcequ’en fermant les yeux, je croyais entendre Noir Désir; une montée en puissance soudaine, très rock, un style affirmé, un texte sans compromis, bien affuté. « Pilule » et « Marie ou Marilyn« , seront pour moi deux autres titres qui prennent aux tripes ce jour là et que je prends de plein fouet avec une sensation de vivre ailleurs, hors des réalités de ma vie. C’est étonnant comment se démarquent des titres particuliers à deux concerts espacés de quelques jours: on  les ressent de manière différente de par le contexte, l’interprétation de l’artiste qui délivre lui même sa singularité et sa sujectivité ce jour là et l’émotion qu ‘il transmet au public.

Au final, un bon moment passé parmi des fans très enjoués, qui, comme moi, le sont encore plus sur des titres « cultes » d’anciens albums. Peut être faut il du temps pour s’approprier certains opus mais il est évident que certains d’entre eux raisonnent de façon plus forte, comme si les textes semblaient nous appartenir, nous touchant avec une grande sagesse et intimité et dont la musicalité renforce cette impression familière. Dommage que la qualité du son n’ait pas été au top. Et toujours cette petite frustration de ne pas connaître les musiciens que Saez ne présente pas…

Bienvenue


Encore une fois c’est la vie qui s’entête, entre les dérapages et les lignes d’orages; Mais il y a aussi  l’eau, le feu, Vivaldi et la terre … clin d’oeil à B. Cantat. Un blog qui se veut reflet d’une épopée de vie, d’un état d’esprit orchestré par les songes, la musique, la peinture, la danse ou un patchwork de photos dans lesquels s’invitent rires, amusement, beauté de l’Art, philosophie de vie, repères intimistes et pensées subjectives. Du noir, du blanc mais aussi toutes les couleurs de l’arc en ciel s’inviteront sur la palette, à l’endroit, à l’envers … alors en route pour la joie !

Des visages, des figures; One trip One  noise